Pages

lundi 10 avril 2017

[Chronique] Impyrium

Impyrium
Henry H. Neff

Partenariat Hachette Canada
Éditions Hachette
352 pages
 
[Quatrième de couverture] Depuis trois mille ans, les Faeregine règnent sur Impyrium.

Pourtant, au fil des siècles, leur magie s'est affaiblie. Aujourd'hui, elle n'est presque plus qu'un souvenir. D'autres mages, plus puissants, convoitent le trône.

Hazel est le dernier espoir des Faeregine. Sa magie paraît sans limites. Mais est-ce une chance ou une malédiction, pour Hazel, pour sa famille, pour Impyrium?
 
[Ma chronique] Ce livre a surpassé mes attentes. Quand j’ai lu le résumé, je m’attendais à une histoire fantastique. Étonnamment, après quelques chapitres, je me suis aperçu qu’en fait, c’est un roman post-apocalyptique/science-fiction, le tout ponctué de magie, de démons et de créatures fantastiques. Un astucieux mélange de trucs que j’apprécie généralement!

L’univers d’Impyrium est riche et bien construit. L’auteur a su créer son propre univers sur les bases de notre monde actuel, bien que l’histoire, comme nous l’apprenons dans le récit, se passe en fait 3000 ans après Le Cataclysme (quel cataclysme? À vous de le découvrir!).

Certains diront que le rythme est lent, mais je crois que c’était nécessaire, dans ce premier tome, pour la mise en contexte de l’histoire. Dans ce type de série, le premier tome est surtout un tome introductif, qui permet au lecteur de découvrir l’univers, les personnages etc. Il n’y a pas énormément d’actions dans ce livre, mais plusieurs intrigues sont tout de même mises en place. On s’attend donc à beaucoup plus des prochains tomes.

J’ai rencontré beaucoup de personnages au cours de ma lecture, mais les principaux sont bien sûr Hazel et Hob. La première est la plus jeune de la noble famille Faeregrine. Elle est physiquement différente des autres membres de sa famille, ce qui fait qu’elle est plus «tolérée» qu’«acceptée» dans tout Impyrium, et ce, même dans sa propre famille. Malgré tout, elle se révèle être étrangement plus douée que la moyenne en matière de magie. Hob, pour sa part, est un jeune homme issu d’une contrée lointaine qui se retrouve, bien malgré lui, au cœur de la famille royale à travailler comme domestique. Il est très audacieux et courageux, mais surtout très intelligent et je me suis bien vite attachée à ce personnage.

Point fort : La carte au début de roman. Chaque fois qu'un auteur me fournit une carte, je suis aux anges. J’ai parfois de la difficulté à situer les lieux décrits dans ma tête, alors d’avoir un support visuel est, pour ma part, toujours très appréciée!

Personnellement, j’ai passé un bon moment avec cette lecture dont je remercie Hachette Canada pour l’envoi.

http://hachette.qc.ca/
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire